Rechercher
  • Laurent

Chi-kung

Mis à jour : 6 févr. 2018

Pour cet article, je ne parlerai ni d'anatomie, ni de performance sportive. Tout au contraire,

je vais tenter de vous faire voyager un peu. A l'est.


La plupart d'entre vous avent que je pratique les arts martiaux depuis bien plus longtemps

que le massage et que cela constitue un autre aspect des plus importants pour moi.


Thérapie et combat, santé et destruction de celle-ci, un paradoxe évident. Pourtant, il n'y a

pas que moi qui ai construit un lien entre ces deux disciplines apparemment contradictoires.


En fait, elles semblent même avoir été toujours liées d'une façon ou d'une autre.


Je sors donc du massage qui se concentre sur le corps en le considérant comme une simple

mécanique, pour vous présenter de façon concise une discipline originaire de Chine appelée

chi-kung. C'est un des principaux outils des pratiquants de tai chi chuan et vu comme c'est à

la mode en ce moment, j'imagine qu'on arrive tous à s'imaginer ces gens qui pratiquent des

mouvements lents et fluides dans un parc à la première heure du jour.


Certains pratiquent des formes de chi-kung plus dures, plus physiques, d'autre le pratiquent

sans mouvement, en se contentant de maintenir une posture statique. Mon but est ici de

vous présenter les trois grands axes de cette pratique millénaire et d'en détailler quelques

aspects thérapeutiques en faisant le lien avec notre science occidentale ici ou là. Nul besoin

donc, d'avoir un ''master en sciences des religions-spécialisation branches asiatiques'' pour

comprendre ce qui suit...


Tout d'abord, demandons-nous quel est le but de cette pratique. Chi-kung pourrait-être

grossièrement traduit par ''travail/développement/raffinement de l'énergie vitale'' Si on en

croit les témoignages des pratiquants, tous semblent en effet prétendre que leur énergie est

plus élevée, qu'ils améliorent leur souplesse, que leur esprit est plus calme et que leur santé

connaît une amélioration générale, parfois de façon très spectaculaire.


Que disent ici nos scientifiques occidentaux? Et bien les statistiques et les recherches sont

assez claires, le chi-kung semble effectivement améliorer l'état de cas parfois très grave.

Certains patients atteints de cancer ou d'autres maladies déclarées apparemment ''sans

espoir'' par la médecine classique on vu leur durée de vie prolongée largement au-delà de

leur espérance grace à la pratique du chi-kung. Certains spécialistes nuancent cependant ces

faits en qualifiant les thérapies comme le chi-kung comme étant particulièrement adaptées

aux problèmes d'ordre chroniques (ex: Arthrose, inflammations en tous genre, allergies,

etc.) alors que la médecine occidentale est plus adaptée aux problèmes traumatiques par

exemple.


Je trouve ce point important, puisqu'il met en fait l'accent sur un aspect primordial du chi-

kung. En tant que thérapie (ou prévention à la maladie...) il est de nature non-invasif (ni

chirurgie, ni médicament) et implique l'investissement du patient. Lorsque le chi-kung est

appliqué par quelqu'un d'autre, le thérapeute travaille alors l'énergie du patient et lui prescrit

ensuite des exercices adaptés. Le thérapeute se doit donc d'être particulièrement investi dans

ce qu'il fait, mettant de côté des considérations financières ou ses problèmes personnels. Le

patient prend quant à lui sa santé en main en ramenant à la maison des exercices et les

moyens pour soutenir lui-même le traitement entre deux séances.


Ceux qui connaissent bien mon travail sauront reconnaître là une formule qui m'est chère...


Certes, mais à voir ces gens pratiquer dans les parcs, je doit dire que tout ce qu'on y voit semble n'être qu'une version douce de notre streching occidental. Et encore, l'amplitude des mouvements laisse souvent à désirer. Alors qu'est-ce qui se cache derrière cette gymnastique douce?


Et bien le chi-kung combine trois éléments, trois grands axes qui seront pratiqués simultanément en même temps que les liens qui les relie. Ces trois points clés sont:

• La posture

• Le souffle

• L'esprit


Les chinois semblent aimer les choses qui vont par trois et il y a bien d'autre manière d'exprimer ces trois points mais celle-ci devrait suffire pour imager les idées qui sous-tendent ce modeste article. Reprenons les brièvement un par un.


La posture inclus bien entendu les mouvements du corps physique, la mécanique visible si

on veut bien.


Le souffle, la respiration, l'air que l'on respire et l'action de respirer. A un autre niveau, le mot grec ''pneuma'' (que l'on retrouve dans pneumatique, pneumologue...) est effectivement lié à la respiration, mais représentait à l'origine une dimension plus... spirituelle et pourrait également être traduit par énergie vitale. C'est le chi des chinois, le prana des indiens... Bref, quoi qu'il en soit, la respiration n'est pas une action anodine et porte en elle la vie, la santé, l'énergie.


L'esprit... Je ne vais pas détailler ici. Non seulement parce que j'en suis bien incapable, mais

surtout parce que sinon on est encore là demain... Disons simplement que pour l'aspect

thérapeutique du chi-kung, on considère ici les émotions, les pensées, etc. Pour le développement de l'artiste martial ou du peintre, on parlera ici également du travail de l'intention. C'est une autre histoire.


Donc si on résume, le chi-kung est un travail du corps physique mais fait également le lien avec son énergie interne, favorise donc la circulation de celle-ci en mettant l'accent sur l'acte de respirer tout en constituant du même coup un travail méditatif. Wooaw... Nous voilà bien loin du streching classique, non? Quoi que... N'importe quel sportif ayant un peu d'expérience en matière d'étirements vous dira qu'il vaut mieux ne pas pratiquer en regardant la télévision et que coordonner la respiration aux mouvements et fortement indiqué!


Tout ceci répond je pense assez bien à la question de savoir en quoi le chi-kung peut-être un outil thérapeutique intéressant et favoriser une bonne santé. Mais quel est le lien que les Chinois lui confèrent avec la cérémonie du thé, la calligraphie ou les arts martiaux?


Souplesse du corps, esprit calme, bonne circulation et vitalité améliorée... Il me semble qu'il

s'agit là d'une combinaison qui concerne tout le monde, du sportif d'élite à ma grand-mère,

pour améliorer le potentiel de n'importe quelle activité.


Et pour comble, les exercices de chi-kung semblent être pour la plupart accessibles à vraiment n'importe qui, ne demandant que peu de temps et aucun prérequis. Ce qui n'est pas étonnant puisque la discipline s'est développée entre taoïsme et bouddhisme, dans un contexte de modestie, de respect et de retour à la nature.


En vous souhaitant un bon retour en occident, je vous laisse pour aller me cuisiner quelques bons légumes au curry!!

© 2018 Laurent Stathis