Rechercher
  • Laurent

Vers une thérapie plus efficace - changer sa vision de la maladie



C'est à mon avis un fait confirmé à de nombreuses reprises, le système de santé peut être amélioré

sous bien des aspects ; les assureurs et l'argent ont un grand pouvoir de décision, le nombre de

médecin ne va pas tarder à manquer mais un étudiant en médecine sur cinq ne pratiquera pas, les

maladies coûteuses et chroniques sont de plus en plus répandues, les EMS sont pleins à craquer, les patients se perdent entre les spécialistes et la jungle des assurances complémentaires...


Mais à la base de tout ça, il y a notre conception de la maladie qui gouverne le tout. Notre façon

d'appréhender les déséquilibres de notre physiologie y est pour beaucoup dans la façon dont on gère notre thérapie en tant que patient avant tout. Qu'est-ce que la maladie ? D'où vient-elle au juste, comment se la représente-t-on ? Je pense qu'une réponse précise à cette question pourrait mener à une thérapie plus efficace, tout simplement. En tant que thérapeute, j'ai donc besoin de votre attention de patient quant à ce qui suit.


On se représente souvent les maux qui nous atteignent comme un problème extérieur. Les douleurs

nous ''tombent dessus'', telle ou telle personne est responsable de notre stress, une maladie qui arrive vraiment au mauvais moment, un patient qui n'a ''vraiment pas de chance'', certaines personnes qui semblent attirer les problèmes. La façon dont nous nous exprimons quant à nos problèmes en fait souvent une entité extérieure, indépendante de notre personne. La maladie nous rattrape, elle nous attaque, croise notre chemin par hasard ou par malchance...


Cette conception du problème pousse à construire une médecine-commerce. Les thérapies et la

pharmacie se développent dans ce sens, fournissant au patient une solution prêt-à-manger. On avale une pilule, on consomme la thérapie dans une certaine inconscience. Mais la part la plus importante de la thérapie est oubliée, l'implication du patient fait défaut.


Voyons donc la pathologie autrement : Une maladie qui éclate est très souvent l'apogée d'une série de signaux du corps refoulés les uns après les autres.


On ne commence pas par une crise sciatique!

Il y a d'abord la mauvaise posture, le manque de mouvement, la mauvaise ergonomie au travail, les tensions dans le dos, puis des vraies douleurs, ça empire, c'est de plus en plus fréquent... Bien

entendu, on finit sur la table d'opération si on ne réagit pas avant.


Dans cet exemple, le patient manquant d'alternatives consomme successivement des anti-douleurs

de plus en plus puissants en attendant de pouvoir acheter une solution plus définitive. Mauvaise

nouvelle pour les adeptes de ce genre de démarches, même l'opération n'est pas une solution

définitive dans la plupart des cas. Loin de là...


Les exercices proposés par le physiothérapeute sont eux vite oubliés/négligés, changer d'habitude et prendre conscience du problème demande un investissement non négligeable que beaucoup réfutent. Et en face, beaucoup de thérapeutes/médecins répondent à cette demande de patients assistés et cessent simplement de tenter de les changer !


En simple, le patient devrait se responsabiliser et le thérapeute le renseigner sur les problèmes qui

l'affectent. Il y a du travail à faire des deux côtés pour améliorer la qualité de l'échange.

Je pense qu'en tant que thérapeute, je ne dois pas guérir les gens mais plutôt les amener à la

guérison. Grosse différence ! En tant que masseur, j'envoie des messages à vos muscles et par là,

même au cerveau. Je reconfigure votre équilibre musculaire et bricole pas mal de choses, certes.

Mais ce n'est qu'une série d'informations que votre corps doit travailler. Je suis un enseignant de la

santé, rien de plus. Et un enseignant peut déployer des perles de pédagogie, si c'est sans l'implication de l'élève, c'est pour des prunes !


Investissez vous donc dans votre thérapie! Posez des questions à vos thérapeutes, cherchez à avoir une prise sur le problème, à le comprendre. Ces douleurs, ces tensions, tout ceci vous appartient ! La lourde responsabilité qui accompagne une pathologie est accompagnée du contrôle que vous avez sur celle-ci...

© 2018 Laurent Stathis